,

Jeux et enjeux de memoire a gaza

Disponibilité :

Plus que 3 en stock


« L’année 1998 fut celle de la commémoration du cinquantenaire de la  » Nakba « , la  » catastrophe  » qui a entraîné, en 1948, la perte de la terre et l’exil des Palestiniens. Cette commémoration s’est déroulée dans un contexte social et politique en pleine restructuration, du fait de la mise en place de l’Autorité palestinienne dans la perspective de la création d’un État. Issu d’une enquête de terrain, qui interroge à la fois la mémoire de réfugiés, les activités et discours officiels, et la façon dont les institutions étatiques se mettent en place, cet ouvrage analyse les différents processus de reconfiguration de la mémoire collective et de l’identité nationale. Il met au jour les stratégies et les aspirations des uns et des autres, dévoile par là les rapports de force et les enjeux de pouvoir entre ces différents acteurs qui luttent pour proposer une nouvelle version légitime de la mémoire palestinienne. L’auteure montre comment la mémoire palestinienne a toujours été fortement configurée par ses usages politiques, liés à la construction de l’identité nationale et aux revendications du peuple. Néanmoins, son instrumentalisation dans le cadre de la construction étatique risque de lui faire perdre son rôle unificateur et mobilisateur : de ciment de la communauté imaginée, cette mémoire devient progressivement l’alibi de politiques qui compartimentent la société. Elle n’est, de ce fait, plus capable d’exprimer l’identité collective ou les aspirations du peuple palestinien. Docteure en sciences sociales de l’Université de Lausanne, Christine Pirinoli est professeure et responsable de l’Unité de recherche en santé à la Haute école cantonale vaudoise de la santé. »

25,00

Plus que 3 en stock

« L’année 1998 fut celle de la commémoration du cinquantenaire de la  » Nakba « , la  » catastrophe  » qui a entraîné, en 1948, la perte de la terre et l’exil des Palestiniens. Cette commémoration s’est déroulée dans un contexte social et politique en pleine restructuration, du fait de la mise en place de l’Autorité palestinienne dans la perspective de la création d’un État. Issu d’une enquête de terrain, qui interroge à la fois la mémoire de réfugiés, les activités et discours officiels, et la façon dont les institutions étatiques se mettent en place, cet ouvrage analyse les différents processus de reconfiguration de la mémoire collective et de l’identité nationale. Il met au jour les stratégies et les aspirations des uns et des autres, dévoile par là les rapports de force et les enjeux de pouvoir entre ces différents acteurs qui luttent pour proposer une nouvelle version légitime de la mémoire palestinienne. L’auteure montre comment la mémoire palestinienne a toujours été fortement configurée par ses usages politiques, liés à la construction de l’identité nationale et aux revendications du peuple. Néanmoins, son instrumentalisation dans le cadre de la construction étatique risque de lui faire perdre son rôle unificateur et mobilisateur : de ciment de la communauté imaginée, cette mémoire devient progressivement l’alibi de politiques qui compartimentent la société. Elle n’est, de ce fait, plus capable d’exprimer l’identité collective ou les aspirations du peuple palestinien. Docteure en sciences sociales de l’Université de Lausanne, Christine Pirinoli est professeure et responsable de l’Unité de recherche en santé à la Haute école cantonale vaudoise de la santé. »


Expédié de : France

Vendu par: : Lagofa UGS : 9782940146956 Catégories : ,

Basé sur 0 avis

0.0 moyenne
0
0
0
0
0

Seuls les clients connectés qui ont acheté ce produit peuvent laisser un commentaire.

Il n'y a pas encore d'avis

( 1 évaluation ) Voir toutes les évaluations

Aucune évaluation n'a encore été déposée pour ce produit.

Frais d'expédition

Pays État Coût
France Tout(es) 5,00

Coordonnées de livraison

Expédition depuis France
Frais d'expédition maximum par commande 5,40
Livraison offerte pour toute commande supérieure à 30,00