, ,

Femmes d’Algérie, société, famille et citoyenneté

Disponibilité :

En stock


A la lecture du livre Femmes d’Algérie – Société, famille et citoyenneté, on se ‘demande si son auteur, Lucie Pruvost, l’a écrit en tant que militante pour la transformation du statut des femmes en Algérie, ce que suggère déjà le choix d’un titre à la fois discret et engagé , ou si elle nous offre à lire une étude académique, ce que montre la table des matières. Et, à supposer qu’on retienne la dernière hypothèse, on se demande alors si l’on a affaire à un livre de droit musulman, d’histoire du droit ou de droit positif algérien. En vérité, il est tout cela à la fois. L’ouvrage commence par des développements théologiques du plus haut niveau et d’un grand intérêt. On sait que les musulmans, les chrétiens et les juifs ont, à quelques nuances près, la même ‘conception de la Genèse: Adam, la naissance d’Eve, extraite de l’une de ses côtes, l’histoire de la pomme, la nonchalance ou la gourmandise d’Eve, la descente sur terre, etc. avec toutes les conséquences que l’on peut en tirer sur la culpabilité de la femme, sa cupidité et l’influence néfaste qu’elle peut avoir sur l’homme. C’est la conception musulmane traditionnelle partagée par la plupart des ‘ulamâ’ et largement répandue dans les couches populaires. Lucie Pruvost entreprend de démontrer que le Coran ne contient rien de tout cela. Les versets qui abordent la question sont brefs, sobres et ambigus. Quand le texte sacré parle de la première création de l’être humain, il n’est question ni d’homme ni de femme, mais de nafs, c’est-à-dire d’un être, donc asexué, qui contient en puissance les deux éléments du couple, le mâle et la femelle.

18,00

En stock

A la lecture du livre Femmes d’Algérie – Société, famille et citoyenneté, on se ‘demande si son auteur, Lucie Pruvost, l’a écrit en tant que militante pour la transformation du statut des femmes en Algérie, ce que suggère déjà le choix d’un titre à la fois discret et engagé , ou si elle nous offre à lire une étude académique, ce que montre la table des matières. Et, à supposer qu’on retienne la dernière hypothèse, on se demande alors si l’on a affaire à un livre de droit musulman, d’histoire du droit ou de droit positif algérien. En vérité, il est tout cela à la fois. L’ouvrage commence par des développements théologiques du plus haut niveau et d’un grand intérêt. On sait que les musulmans, les chrétiens et les juifs ont, à quelques nuances près, la même ‘conception de la Genèse: Adam, la naissance d’Eve, extraite de l’une de ses côtes, l’histoire de la pomme, la nonchalance ou la gourmandise d’Eve, la descente sur terre, etc. avec toutes les conséquences que l’on peut en tirer sur la culpabilité de la femme, sa cupidité et l’influence néfaste qu’elle peut avoir sur l’homme. C’est la conception musulmane traditionnelle partagée par la plupart des ‘ulamâ’ et largement répandue dans les couches populaires. Lucie Pruvost entreprend de démontrer que le Coran ne contient rien de tout cela. Les versets qui abordent la question sont brefs, sobres et ambigus. Quand le texte sacré parle de la première création de l’être humain, il n’est question ni d’homme ni de femme, mais de nafs, c’est-à-dire d’un être, donc asexué, qui contient en puissance les deux éléments du couple, le mâle et la femelle.


Expédié de : France

Vendu par: : Lagofa UGS : 9789961643440 Catégories : , ,

Basé sur 0 avis

0.0 moyenne
0
0
0
0
0

Seuls les clients connectés qui ont acheté ce produit peuvent laisser un commentaire.

Il n'y a pas encore d'avis

( 1 évaluation ) Voir toutes les évaluations

Aucune évaluation n'a encore été déposée pour ce produit.

Frais d'expédition

Pays État Coût
France Tout(es) 5,00

Coordonnées de livraison

Expédition depuis France
Frais d'expédition maximum par commande 5,40
Livraison offerte pour toute commande supérieure à 30,00